Le Mérou brun

Symbole d'une conservation exemplaire

de retour SUR NOS CôtES après 30 ANS D'EFFORTs

Icône pour bien des plongeurs sous-marins, à la fois pour sa taille (c’est l’un des plus gros poissons osseux de la Méditerranée) et sa rareté, le mérou brun Epinephelus marginatus avait quasiment disparu après des décennies de surpêche et de braconnage. Grâce à des mesures de protection fortes, il revient en force dans les eaux de la Méditerranée française et monégasque, notamment dans les zones protégées, faisant admirer au randonneur sous-marin son comportement unique et majestueux. L’observer en plongée est un moment privilégié, magique, un souvenir que l’on garde longtemps en tête ! Le retour du mérou n’est pas le fruit du hasard mais le résultat de 30 ans d’efforts, un exemple qui doit nous inspirer pour mieux protéger les espèces en danger de la Méditerranée ! Explications…

Mâle ou femelle ? Les deux ! Un peu de biologie...

Enzo le petit mérou brun de Méditerranée relaché
Un jeune mérou brun sous son rocher. Crédit : Nicolas Robert.

Le mérou brun vit entre la surface et 50 à 200m de profondeur, aussi bien dans l’océan Atlantique (des côtes marocaines à la Bretagne) que dans toute la Méditerranée. Il est aussi présent au large du Brésil et de l’Afrique du Sud, mais les chercheurs se demandent s’il s’agit d’une population homogène ou de sous-populations distinctes. Le mystère reste aujourd’hui entier ! 

Il apprécie les habitats rocheux côtiers riches en anfractuosités et cavités. Les juvéniles, plus littoraux, sont parfois observés dans quelques centimètres d’eau. Sa taille varie de 80 cm à 1 m voire 1,5 m pour les plus grands individus.

Le mérou change de sexe durant sa vie : « Hermaphrodite protogyne », il est d’abord femelle puis devient mâle lorsqu’il atteint 60 à 70 cm, à l’âge de 10 à 14 ans.

Régulateur et indicateur de l’état du milieu marin

Super-prédateur situé en haut de la chaîne alimentaire, le mérou chasse ses proies (céphalopodes, crustacés, poissons) à des niveaux trophiques inférieurs, jouant ainsi le rôle de régulateur et contribuant à l’équilibre de l’écosystème. Il est aussi un indicateur de la qualité du milieu. L’abondance de mérous traduit le bon état de la chaîne alimentaire qui le précède, la présence d’une nourriture riche et l’expression d’une pression de braconnage et de pêche modérée. Du fait de sa valeur commerciale très élevée, le mérou brun reste très recherché par les pêcheurs et les chasseurs sous-marins dans toute sa zone de distribution. Ses effectifs étant en fort déclin, il est classé par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature dans la catégorie des espèces vulnérables.

8 espèces de mérous sont présentes en Méditerranée. Parmi les 6 espèces observées à Monaco, le mérou brun Epinephelus marginatus est le plus fréquent, puis vient l’impressionnant cernier, encore appelé mérou d’épave Polyprion americanus. Le mérou canin Epinephelus caninus, la badèche Epinephelus costae, le mérou blanc Epinephelus aeneus, le mérou royal Mycteroperca rubra sont beaucoup plus discrets.

Mycteroperca rubra
Un groupe du rare mérou royal Mycteroperca rubra dans la Réserve Naturelle de Scandola. Crédit : Jean-Marie Dominici.
Cernier-Polyprion americanus (Y.Berard)
Le cernier ou mérou d’épave Polyprion americanus.
Le Mérou bardèche
Un mérou badèche

Le Mérou en images

La protection du mérou, ca marche !

La raréfaction de ce poisson a conduit la France et la Principauté de Monaco à adopter, dans le cadre des conventions internationales (Berne, Barcelone), des mesures de protection fortes. Le moratoire instauré en France continentale et en Corse depuis 1993 interdit la chasse sous-marine et la pêche à l’hameçon. Les études de terrain montrent l’efficacité de ces mesures de protection : de jeunes mérous sont maintenant présents sur toutes les côtes, dans les réserves marines les populations se sont reconstituées. Mais ce retour reste très fragile. Le moratoire doit être examiné tous les 10 ans. L’avenir du mérou se jouera donc en 2023. Si la chasse devait de nouveau être autorisée, plus de 30 ans d’efforts pourraient être balayés en quelques semaines !

Mérou brun M.Dagnino
Un mérou brun femelle, à l’entrée de son refuge sur un tombant coralligène.

A Monaco, l’Ordonnance Souveraine de 1993, renforcée par l’ordonnance de 2011 interdit toute pêche et assure la protection du mérou brun ainsi que du corb, une autre espèce vulnérable. Grâce à cette protection spécifique, à la Réserve du Larvotto ainsi qu’à la présence d’habitats très propices et d’une nourriture foisonnante, le mérou brun abonde de nouveau dans les eaux de la Principauté de Monaco, notamment au pied du Musée océanographique.

Pourquoi trouve-t-on encore des mérous bruns sur les étals des poissonniers ? Tout simplement parce que l’usage du filet, pour les capturer, reste autorisé. Des spécimens importés de zones non soumises à réglementation peuvent aussi être proposés à la vente. A nous consommateurs d’éviter d’acheter les espèces menacées !

La Principauté aux petits soins pour les mérous​

Depuis 1993, sous le contrôle de la Direction de l’Environnement, l’Association Monégasque pour la Protection de la Nature, assistée du Groupe d’Etude du Mérou, réalise un inventaire régulier des mérous dans les eaux monégasques, de la surface à 40 m de profondeur, auquel s’associe naturellement les plongeurs du Musée océanographique. D’année en année, les effectifs observés progressent (15 individus en 1993, 12 en 1998, 83 en 2006, 105 en 2009, 75 en 2012). Les grands spécimens de 1.40 m sont maintenant nombreux et des juvéniles de toutes tailles sont observés sur les petits fonds.

Plongeur
L’inventaire des mérous se fait en petites groupes d’apnéistes ou de plongeurs.

LE MUSÉE OCÉANOGRAPHIQUE SE MOUILLE aussi...

Le Musée vient aussi à la rescousse des spécimens en difficulté que lui confient pêcheurs ou plongeurs, comme cela a été le cas fin 2018, avec plusieurs individus atteints d’une infection virale, déjà observée par le passé à plusieurs reprises en Méditerranée en Crète, Lybie, Malte, et Corse. Avec le Centre Monégasque de Soins des Espèces Marines créé en 2019 pour soigner les tortues et les autres espèces, ces intervention sont aujourd’hui facilitées. Les mérous soignés regagnent la mer être au sein des zones protégées comme la Réserve sous-marine du Larvotto. Retrouvez la vidéo du lâcher du jeune mérou « Enzo ».

Enzo le petit mérou brun de Méditerranée relaché
L’équipe au complet avant le lâcher d’un mérou, un moment propice à la sensibilisation des usagers de la mer sur le statut de cette espèce vulnérable.
Enzo le petit mérou brun de Méditerranée relaché
Le directeur général de l’Institut océanographique, Robert Calcagno, rend sa liberté à un jeune mérou, sous l’œil du caméraman Frédéric Pacorel.

LE MEROU, STAR DE TOUJOURS à L'AQUARIUM

Nombreux sont les visiteurs à découvrir cette espèce patrimoniale au Musée océanographique. Cela ne date pas d’hier, puisque l’Aquarium, alors dirigé par le Docteur Miroslav Oxner en présentait déjà en 1920 ! L’un deux, aujourd’hui conservé dans les collections du Musée, y a vécu plus de 29 ans. 4 espèces différentes (badèche, mérou brun, blanc et royal) sont aujourd’hui visibles dans la partie dédiée à la Méditerranée totalement rénovée.
Si le mérou intrigue les visiteurs, il inspire également les artistes ! De nombreux objets à son effigie, œuvres d’art ou objets manufacturés, trônent dans les collections de l’Institut océanographique !
En 2010, un mérou du Musée servit de modèle à la réalisation du billet de banque de 100 Reais émis par la Banque Centrale du Brésil, toujours en circulation aujourd’hui, et la Principauté lui a même consacré un timbre-poste en 2018 !

aquarelle réalisée par Paul Seguin-Bertault
Une aquarelle réalisée par Paul Seguin-Bertault (circa 1947) appartenant aux Collections de l’Institut océanographique.
Brasil Billet 100 reais
Billet de 100 Reais de la Banque Centrale du Brésil (courtoisie de M. Marcia Barbosa Silveira).
roussettes mérou barba
Ancienne carte postale du Musée océanographique montrant un bassin à mérou

Un atout de l’économie bleue, du tourisme et de la pêche...

Les touristes plongeurs viennent de loin pour observer la faune sous-marine et une plongée « réussie » est souvent celle durant laquelle le mérou brun a été observé ! Plusieurs études montrent qu’un mérou vivant rapporte, durant son existence, infiniment plus d’argent que s’il est capturé pour être consommé !
Le mérou brun s’épanouit particulièrement dans les aires marines protégées (AMP) qui, gérées de manière effective, procurent d’importants bénéfices en matière de conservation de la biodiversité et de développement économique. En protégeant et en restaurant les habitats critiques (voies de migration, refuges contre les prédateurs, frayères, zones de croissance), les AMP concourent à la survie des espèces sensibles comme le mérou brun. Les adultes et les larves de différentes espèces vivant au sein d’une AMP peuvent aussi la quitter et coloniser d’autres zones, c’est le Spillover. Quand les œufs et les larves produits dans l’AMP dérivent en dehors, on parle de Dispersal. Les espèces à haute valeur marchande (mérou brun, langouste, corail rouge) parcourent ainsi des distances considérables, procurant des bénéfices écologiques et économiques dans des zones éloignées ! Les mérous bruns adultes s’écartent d’un kilomètre hors des limites de l’AMP. Les larves, quant à elles, parcourent plusieurs centaines de killomètres !

Voir aussi