L'Union Européenne autorise la mise sur le marché de la consommation humaine du ver de farine jaune,
une bonne nouvelle pour la planète

3 août 2021
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Il était déjà possible de nourrir les poissons des fermes aquacoles et les animaux de compagnie avec des protéines issues de larves d’insectes, comme la mouche soldat noire Hermetia illucens. Le coléoptère Tenebrio molitor (ou plutôt sa larve) est le premier insecte à obtenir le feu vert européen pour la consommation humaine.


Les aliments à base d’insectes, considérés jusqu’à aujourd’hui comme des « produits de niche », offrent une solution prometteuse aux défis de durabilité de l’industrie alimentaire. Les insectes constituent une alternative au soja ou aux petits poissons marins réduits en farine dont nos élevages (porcs, volailles, poissons) ont besoin, des produits à l’impact écologique immense. La culture du soja est responsable de déforestation, source de pollution (pesticides) et du déclin de la biodiversité. La pêche minotière impacte les chaines alimentaires de l’Océan et les prédateurs marins n’ont plus accès à ces ressources vitales.

L’accroissement démographique et l’amélioration du niveau de vie continueront à entrainer des besoins en protéines considérables, avec un risque maximum pour les écosystèmes mondiaux déjà très fragilisés par l’intensification des besoins en eau et en terres qui génèrent toujours plus d’émissions de gaz à effet de serre.

Les insectes nourris avec les coproduits de l’agriculture végétale créent des protéines, des huiles (alternatives à l’huile de soja ou de coco) et de l’engrais agricole, avec des ressources minimales et en modèle quasiment « zéro déchets », rien ne se perd ! Un bon modèle d’école d’économie circulaire.

Bien mené, ce business model peut contribuer à lutter contre le changement climatique, à préserver les ressources marines, à rendre l’Océan plus résilient. Nul doute que ces nouvelles mesures de l’Union européenne seront de nature à stimuler ce marché promis à un fort développement, à l’image de celui des algues, un autre secteur en pleine expansion.

À LIRE AUSSI