Transmettre la connaissance, notre vocation

Convaincu que l’importance de l’océan pour l’humanité nécessitait d’en partager les connaissances avec le plus grand nombre, le Prince Albert Ier a fondé la vocation de l’Institut océanographique sur la transmission des savoirs.

 

Si les modalités ont largement évolué depuis la création de l’Institut, l’innovation a toujours été mise au service du partage des connaissances : chambres photographiques et premières caméras embarquées au monde sur les expéditions du Prince Albert Ier, diffusion d’images sous-marines auprès de médias de masse à l’époque du Commandant Cousteau (alors directeur du Musée océanographique), utilisation des nouvelles technologies depuis l’avènement de S.A.S. le Prince Albert II…

La diffusion des savoirs, moteur de l’action

« Mon trisaïeul, le Prince Albert Ier, a en effet compris parmi les premiers le rôle fondamental de la science dans la construction de toute action ambitieuse. Cent ans après lui, je tache moi aussi de soutenir les scientifiques et les laboratoires qui nous permettront d’agir efficacement pour les océans. » (S.A.S. le Prince Albert II de Monaco).

L’Institut excelle dans cette mission de mise à disposition et de diffusion des connaissances depuis plus d’un siècle au travers de ses diverses ressources et compétences : fonds documentaires, conférences d’experts, participation à des recherches et travaux scientifiques, etc. ont fait de cette fondation une référence en la matière.

Transmettre les savoirs est une constante dans l’histoire de l’Institut océanographique : c’est en effet, après l’étape de sensibilisation et d’émerveillement, un passage incontournable pour inciter à l’action. Car l’engagement ne se fonde durablement qu’à l’appui d’une réalité incontestable démontrée scientifiquement : toute action – qu’elle soit d’ordre individuel, collectif ou public – devrait reposer sur des faits établis et sur des effets souhaités pour justifier qu’on y ait recours.

Des outils variés et complémentaires

La mobilisation des différents publics concernés par la question de l’océan, qu’il s’agisse du grand public, des acteurs économiques, institutionnels, politiques, associatifs… passe par l’utilisation d’outils différenciés mais complémentaires, afin de répondre à chacun de leurs attentes et besoins : des colloques professionnels pour les experts et les institutions, des conférences attractives avec des personnalités variées pour le grand public, des séminaires ou rencontres de haut niveau pour les décideurs, des informations ciblées et pertinentes pour la sphère économique…

L’innovation au service de l’océan

A l’Institut océanographique, l’ensemble des moyens de transmission de la connaissance scientifique auprès de ces différentes composantes de notre société s’accompagne aujourd’hui d’une réflexion de fonds sur les usages actuels et futurs comme sur la valeur ajoutée de l’ensemble des outils et dispositifs numériques : au-delà d’une plateforme internet et d’interactions avec les réseaux sociaux, nous interrogeons les technologies émergentes sur leurs apports potentiels dans nos missions : intelligence artificielle, blockchain, sciences participatives et citoyennes, hackathons… sont autant de sujets qui vont bousculer nos modalités d’interaction avec nos publics.

Fidèle à l’héritage qui est le sien en matière d’innovations, l’Institut océanographique entend être à l’avant-garde de ces nouveaux outils de diffusion des connaissances et de mobilisation citoyenne.

Voir aussi