Menu
Billetterie

Y a-t-il des baleines en Méditerrannée ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

La réponse est oui ! Plusieurs milliers de baleines évoluent dans les eaux méditerranéennes. Il n’est d’ailleurs par rare d’apercevoir leur souffle au loin, lors de traversées vers la Corse, par exemple. Mais attention : les activités humaines sont sources de perturbations pour ces mammifères géants. Il est donc très important de tout faire pour préserver leur tranquillité.

On recense près d’une vingtaine d’espèces de mammifères marins en Méditerranée, dont 8 sont considérées comme communes, cachalot et rorqual commun bien sûr, mais aussi dauphins (commun, bleu et blanc, de Risso, Grand Dauphin), globicéphales noirs, ziphius. D’autres espèces sont observées de manière très occasionnelle comme le petit rorqual, l’orque, la baleine à bosse et très récemment une jeune baleine grise !

Cachalot Physeter catodon

Des fanons ou des dents ?

Dans le langage courant, on a tendance à parler de « baleines » pour tous les grands cétacés. Or seuls les « cétacés à fanons » (mysticètes) sont réellement des baleines.

Le rorqual commun (jusqu’à 22 mètres et 70 tonnes) est le principal cétacé à fanons de Méditerranée.

Il y côtoie de nombreux « cétacés à dents » (odontocètes), dont le plus grand représentant est le cachalot (jusqu’à 18 mètres et 40 tonnes).

Malgré sa stature imposante, ce dernier n’est donc pas à proprement parler une baleine, et fait partie du même groupe que les orques, les dauphins ou les globicéphales.

Un géant des mers

Le rorqual commun est le deuxième plus grand mammifère au monde, juste derrière la baleine bleue !

Même si on a encore du mal à évaluer avec précision la taille de sa population (car les individus se déplacent sans cesse et plongent régulièrement), on estime qu’un millier d’individus vivent dans la zone protégée du Sanctuaire Pelagos, dont l’objet est la protection des mammifères marins en Méditerranée occidentale sur un vaste territoire comprenant les eaux françaises, italiennes et monégasques.
Le rorqual commun se nourrit principalement de krill, de petites crevettes qu’il piège dans ses fanons en grande quantité.

Rorqual commun Balaenoptera physalus

Des risques de collision

Les rorquals communs peuvent vivre jusqu’à 80 ans, si leur trajectoire ne rencontre pas celle des navires rapides fréquents en été, qu’il leur semble difficile d’éviter lorsqu’ils respirent en surface.

Comme pour les cachalots, les collisions constituent un vrai danger et un risque de mortalité avéré. D’où l’intérêt de développer des techniques en partenariat avec les compagnies maritimes pour informer les navires de la présence des cétacés en temps réel, équiper les bateaux de détecteurs et prévenir ainsi les collisions avec ces grands mammifères.
Découvrez les différentes espèces de mammifères marins du Sanctuaire Pelagos.

Rorqual commun Balaenoptera physalus
Comment le mérou brun est-il revenu sur les côtes ?
Confirmé
Quelles tortues marines en Méditerranée ?
Confirmé
Que fait Monaco pour le corail ?
Confirmé