Monaco Blue Initiative, 12ème édition

1 avril 2021

La Monaco Ocean Week a réuni le lundi 22 mars, dans un format hybride, différents acteurs et décideurs de la gestion durable et de la conservation de l’Océan, autour de l’économie bleue.

Lors de cette édition, représentants de gouvernements, de la société civile et du secteur privé, mais également organisations internationales, et scientifiques ont partagé cette conviction commune : la vitalité de la Planète et de l’Océan peut aller de pair avec la vitalité de l’économie !

  • Temps de lecture : 2 min

Inscrire une légende photo ici

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

La vitalité de la Planète et de l’Océan peut aller de pair avec la vitalité de l’économie

Dans Son discours d’ouverture, S.A.S. le Prince Albert II de Monaco a d’emblée invité à la mobilisation générale, soulignant que « la meilleure chose à faire est de construire un dialogue entre les différents acteurs concernés. De faire se rencontrer les connaissances, les expertises, les moyens. De construire des diagnostics, des ambitions et des stratégies partagés. » Alors même que de grands rendez-vous internationaux sont à l’agenda de 2021 tant en matière de préservation de la biodiversité que de conservation de l’Océan, c’est bien cette ambition qui doit nous animer. 

 

John Kerry, Envoyé spécial du Président des USA pour le climat a pour sa part affirmé que « Nous ne pouvons pas lutter contre la crise climatique sans le potentiel de l’océan. L’océan est une source de solutions climatiques durables […] Il suffit de penser aux emplois que ces évolutions vont créer. Le fait est que nous sommes face à la plus grande transformation économique que le monde ait connue depuis la révolution industrielle. »

Les entreprises doivent s’engager dans l’économie bleue avec l’appui de la science

Dans cette perspective, la mobilisation du secteur privé est essentielle, d’une part car il y a un formidable vivier d’emplois, mais aussi parce que la conservation doit s’appuyer sur les moyens et outils du secteur privé.

« Les lois internationales et nationales ne suffisent pas à résoudre les nombreux problèmes du développement durable et la composante océanique est l’une des plus complexes. Le secteur privé a la possibilité, grâce aux principes de la responsabilité sociale des entreprises, de soutenir ce changement de paradigme. » a expliqué Ricardo Serrão Santos, Ministre de la Mer au Portugal. 

 

Pour stimuler l’engagement du secteur privé et changer d’approche, il faut élargir le point de vue et prendre en compte les « services écosystémiques » – bienfaits non-monétaires – de l’Océan et mieux prendre en compte les avantages de long terme d’un océan en bonne santé.

Tout au long de la journée est revenue la nécessaire complémentarité des acteurs pour réussir la protection de l’Océan : cap politique, du cadre réglementaire et de l’engagement des acteurs privés.

Cette coopération doit se baser sur une connaissance large, partagée, transparente, de l’Océan. La science doit être le trait d’union des différentes actions, réunissant le diagnostic, l’impulsion politique et les outils opérationnels pour chacun. La science ne doit pas viser uniquement l’augmentation des connaissances et des données. Elle doit aussi apporter des éclairages, des indicateurs qui permettent de mieux guider, influencer, mesurer les actions publiques et privées.

De nouveaux outils pour une économie vraiment durable

Il est urgent de développer un ensemble d’outils de décisions et de pilotage intégrant les grands objectifs environnementaux et sociaux, et qui prennent en compte le long terme.

Les entreprises éprouvent quant à elles des difficultés pour se fixer des objectifs qui font sens. Beaucoup se sentent « loin » de l’Océan : quel est leur impact ? Comment peuvent-elles contribuer à sa protection ?

Un virage a été pris avec la responsabilité sociale des entreprises, mais l’engagement ne peut se réduire à un argument marketing, pour répondre à une « mauvaise conscience » et doit être au cœur de la stratégie pour décliner les objectifs de développement durable.

« Nous avons besoin de leaders dans tous les secteurs d’activité. Même si ces secteurs apparaissent a priori éloignés de l’océan, ces leaders vont tracer la voie, expérimenter, et entraîner en cascade les autres entreprises de leur supply-chain, leurs partenaires, et jusqu’aux consommateurs. C’est de proche en proche que l’on développera l’attention pour l’Océan » a résumé Robert Calcagno, Directeur général de l’Institut océanographique de Monaco.

 Le secteur financier peut contribuer en apportant ses outils pour valoriser le futur et notamment les risques : ceux que peuvent entraîner le changement climatique et la dégradation de la biodiversité et a contrario la façon dont les solutions basées sur la nature peuvent réduire ces risques (ex : préservation/restauration de mangroves et récifs coralliens).

Pour cela la finance a elle aussi besoin de données précises sur l’état de l’environnement, les services rendus par la nature aujourd’hui, et des modèles pour prédire leur évolution à venir.

« De nouveaux mécanismes sont à créer pour agréger des sources de financement diverses (publiques, privées, philanthropie) et des bénéfices eux aussi de nature variée, monétisables ou non. Le Global Fund for Coral Reefs en est un bon exemple » illustrera Olivier Wenden, Vice-président et Administrateur Délégué de la Fondation Prince Albert II.

Allier la relance économique à la préservation de l’Océan

En ouverture de la MBI S.A.S le Prince Albert II de Monaco a lancé que « [Les plans de relance post-Covid] offrent une fenêtre rare dans l’histoire ».

Pour les gouvernements, la prise en compte du long terme est la clé pour aligner les plans de relance massifs qui voient le jour à travers le monde et la préservation de l’Océan et de la Planète. Il ne s’agit pas seulement de réparer l’économie après le Covid, mais aussi de la construire pour les décennies à venir.

« L’économie bleue doit ainsi constituer un des piliers des plans de relance. Nous devons reconstruire mieux, et en bleu ! » a affirmé Annick Girardin, Ministre de la Mer française.

 Aussi, Virginijus Sinkevičius, Commissaire européen à l’environnement, aux océans et à la pêche a rajouté que « L’économie bleue jouera un rôle majeur dans notre transformation, nous ne répondrons pas aux ambitions du Green Deal européen sans l’économie bleue ».

À LIRE AUSSI

Pour un déconfinement des esprits

Monaco, le 13 décembre 2020

    / 13/12/2020
    • Temps de lecture : 1 min
    Pas de futur sans nature, pas de futur sans culture

    L’actualité de la fermeture des lieux culturels et de leurs rôles majeurs au sein de notre société et de notre économie se pose plus que jamais. Cette Tribune explicite l’importance du dialogue entre Science et Culture pour construire le monde de demain. Il ne s’agit pas ici que d’une question d’activité économique ; c’est notre ouverture d’esprit et notre résilience face à la crise actuelle et à inventer l’avenir qui sont en jeu.

     

    Il est temps d’opposer au rebond de l’épidémie et de la crise économique, un rebond de l’enthousiasme et de l’imagination. Avec l’économiec’est la curiosité, la découverte, la créativité qu’il faut relancer pour que nous sortions plus forts, mieux à même de faire face aux grands défis environnementaux et sociaux.

     

    Pour déconfiner les esprits et relancer l’imagination, pour relever les défis planétaires et préparer un avenir plus vivable et plus enthousiasmant, nous répondons présent, car il n’y a pas de futur sans Nature, ni de futur sans Culture.

     

    Une Tribune à l’initiative de l’Institut océanographique, publiée dans le Journal du Dimanche,  dont le premier signataire est S.A.S. le Prince Albert II de Monaco, rejoint par 32 autres signataires internationaux à la croisée des mondes de la science et de la culture : Laurent Ballesta, Charles Berling, Stéphane Bern, Sandra Bessudo, Robert Calcagno, Jean Chambaz, Xavier Darcos, Bruno David, Peter Herzig, François Houllier, Alexis Jenni, Murielle Mayette, Erik Orsenna, Vladimir Ryabinin, Enric Sala, Philippe Taquet, Valérie Verdier…

    Plus d'articles

    la Fondation Prince Albert II de Monaco, l’Institut océanographique et la Société des Explorations de Monaco s’associent en faveur de la santé de l’Océan - 06/11/2020

    Le 05 novembre dernier, par visioconférence, REV Ocean et les trois institutions monégasques, ont entériné un accord de partenariat visant à travailler sur la durabilité des océans.

    Nina Jensen, PDG de REV Ocean, a déclaré : « C’est une excellente occasion de travailler avec certaines des plus importantes organisations de conservation marine au monde. S.A.S. le Prince Albert II et sa fondation ont été à l’origine du lancement d’un grand nombre de projets visant à développer des zones marines protégées et à étudier les impacts du changement climatique. Il est très stimulant de réfléchir à ce que nous allons réaliser en combinant ce niveau d’engagement avec le plus grand navire de recherche du monde« .

    REV Ocean, la Fondation Prince Albert II de Monaco, l’Institut océanographique et la Société des Explorations de Monaco s’associent en faveur de la santé de l’Océan - 06/11/2020

    REV Océan 
    REV Ocean est une société à but non lucratif créée avec un seul objectif et une seule ambition : rendre nos océans à nouveau sains. Créée en Norvège en 2017, REV Ocean a pour mission de permettre et d’inspirer des solutions pour les océans et de combattre les pressions négatives qui affectent actuellement l’océan. La stratégie scientifique se concentre sur les questions de la pollution plastique, du changement climatique et des impacts environnementaux de la pêche non durable.

    Voir aussi

    Santé de l’Océan,
    Santé de l’Homme

    Mercredi 23 septembre, 19h-20h30
    Musée océanographique de Monaco

    La vitalité de notre environnement est indissociable de notre propre santé.

    Voilà l’un des rappels de la crise actuelle.

    Le moment est donc propice à repenser notre relation à l’Océan, pour mieux le préserver et vivre mieux à l’avenir.
    Dans ce contexte, « L’Obs » et l’Institut océanographique vous convient à une rencontre exceptionnelle en présence d’experts, de grands témoins et d’innovateurs…

    Le 23 septembre prochain à 19h00 au Musée océanographique de Monaco

     
    Conférence en français, accessible sur inscription (events[a]oceano.org – dans la limite des places disponibles
    Détails et inscription en cliquant ici.
    ou via sa retransmission en direct sur cette page (Cf. ci-dessous).
    Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du cycle « 2049 » de « L’Obs »
    et de la Planetary Health Week organisée par la Fondation Prince Albert II de Monaco.
    LOGO IO OBS

    PROGRAMME DE LA CONFÉRENCE :

    Ouverture 

    Robert Calcagno (Institut océanographique)

    Santé de l’Océan, santé de l’Homme

    La santé de l’Océan est intimement liée à celle de l’Homme.

    Le monde marin nous apportera-t-il les remèdes de demain ?

    Rencontres avec Patrick Rampal (CSM) et François Houllier (Ifremer)

    Le regard de…

    Ghislain Bardout (Under the pole)

    Le plongeur et naturaliste partage son expérience lors de l’expédition « Under the Pole III ».

    Table ronde : Préserver un Océan sain et vivant

    Aires marines protégées, pêche, aménagement du littoral, urbanisme, tourisme… 

    Tour d’horizon de solutions durables pour la Méditerranée en 2049.

    Deux intervenants :
    Joachim Claudet (CRIOBE)
    Lucile Courtial (BeMed)

    Le « pitch des startups »

    Trois entrepreneurs innovants présentent leurs solutions pour la santé de l’Homme et de l’Océan.
    Mathieu Coulange (« Bathysmed »), Gilles Lecaillon (Ecocean),
    Franck Zal (Hemarina)

    Voir aussi

    Monaco Ocean
    Protection Challenge :
    GRANDE FINALE

    3ème édition

    Pas de perdants, que des gagnants !

    La 3e édition du Monaco Ocean Protection Challenge a eu lieu le 9 Juillet 2020. Ce challenge, coorganisé par l’Institut Océanographique, Monaco Impact et l’Université Internationale de Monaco, a vu s’opposer 5 équipes qui ont défendu leur projet visant à avoir un impact positif sur l’océan. Si vous n’avez pas pu suivre le direct sur la chaîne YouTube de l’Université Internationale de Monaco, retrouvez ici les résultats et le lien pour revisionner ce challenge !

    Les membres du jury

    Le jury était composé de : Peter Kutemann, fondateur et président de Monaco Impact, association d’entrepreneurs monégasques, Olivier Dufourneaud, Directeur de la Politique des Océans de l’Institut Océanographique de Monaco, Jean-Philippe Muller, directeur général de l’Université Internationale de Monaco, Margareth Hepburn, fondatrice et directrice de Hepburn Biocare, Thomas De Williencourt, Directeur de Pure Ocean Fondation et Marianne Josselin, Exhibitor & Innovators Manager du Change NOW Summit.

    Les finalistes

    Drapeau Chine
    Drapeau France
    Drapeau Italie
    Drapeau Espagne
    Drapeau Mexicain

    5 équipes finalistes ont présenté leur projet au jury. Les équipes étaient issues de la SKEMA Business School, de l’Université International de Monaco mais aussi de la Tec School of Monterey, représentant 5 nationalités différentes.

    Les 5 équipes participantes :

    CORPORATE CHALLENGE

    MANTA
    MANTA

    Skema Business School

    Elynn Yaoting LIU

    ENTREPRENARIAT CHALLENGE

    ISAVETHEOCEAN
    I SAVE THE OCEAN

    Skema Business School

    Institut Tecnológico de Monterrey

    Juan Felipe Martin

    Julien Piveteau

    ENTREPRENARIAT CHALLENGE

    Monaco Boats Logo
    MONACO BOATS

    Université Internationale de Monaco

    Alexandre Merlo

    Jean-Hubert Pinatel

    Alejandro Garcia Salarich

    ENTREPRENARIAT CHALLENGE

    White Water Disposal
    WHITE WATERS

    Université Internationale de Monaco

    Emanuele Pasquali

    Giovanni Stabon

    Fransceco Orlando

    ENTREPRENARIAT CHALLENGE

    Venustus Couture
    VENUSTUS COUTURE

    Université Internationale de Monaco

    Martina Possio

    Elisabetta Signorelli

    Les récompenses

    4 prix ont été distribués aux équipes. Encore une spécificité de ce challenge : il n’y pas de perdants. Chaque équipe a été récompensé par un « Pass » offert en fonction de la mâturité et des besoins de chaque projet.

    Plus de 100 votes ont été aussi récoltés au sein de l’audience qui devait juger de la meilleure présentation.

    Le Jury a estimé que tous les participants avaient mérité, par leur implication dans un contexte difficile, de recevoir le Pass Exploration, leur octroyant et pour une année le statut de membre de l’Association des Amis du Musée océanographique de Monaco.

    Le pass Monaco Impact young member a été attribué à Elynn LIU de l’équipe Manta

    Le pass Coaching a été attribué à Venustus Couture et White Waters.

    Un pass Change Now a été attribué à I Save the Ocean et un autre, suite au vote du public, à Monaco Boats.

    Le Prix Monaco Impact de 5.000€ a été attribué à l’équipe I Save the Ocean.

     

    Les récompenses du Monaco Ocean Protection Challenge édition 2020

    A l'année prochaine pour une nouvelle édition !

    La prochaine édition du MOP Challenge sera la 4ème et la 2ème édition internationale. 

    N’hésitez pas à nous rejoindre sur les réseaux sociaux.

    Nos partenaires

    Voir aussi

    Lâchers de ballons

    Monaco s'engage contre la pollution

    Les animaux sont a la fête !

    Une très bonne nouvelle pour l’environnement et notamment les tortues et oiseaux marins : le Gouvernement de la Principauté de Monaco vient d’interdire, par arrêté ministériel du 17 mars 2020, de relâcher dans l’atmosphère les ballons et les lanternes volantes à usage récréatif, commémoratif ou de loisir.

    Cette décision marque une étape importante de l’initiative Fête sans ballons, lancée il y a presque 1 an par l’Institut océanographique, main dans la main avec le Gouvernement Princier (direction de l’environnement), dans le cadre d’un programme en faveur des tortues marines

    Nous espérons que cette décision inspirera d’autres Etats et collectivités, littorales ou non, à adopter une attitude respectueuse envers la biodiversité, sans pour autant renoncer à la fête ! 

    Nous nous apprêtons, dès que les conditions sanitaires le permettront, à tester les belles idées de Fête sans ballons recueillies depuis plusieurs mois. 

    D’ailleurs, si vous avez des idées d’alternatives aux lâchers de ballons, n’hésitez pas à continuer à les partager sur le Groupe Facebook spécialement créée pour l’occasion ou à vous inspirer des proposition faites : rejoindre le groupe.

    En savoir plus sur l'initiative "Fêtes sans ballons"

    Un ballon lâché s’élève dans le ciel, jusqu’à ce qu’il se dégonfle ou que la diminution de pression atmosphérique ne le fasse éclater en de multiples fragments.
    Ces débris retombent alors sur terre et en mer loin de leur point de lâcher. Selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement (UNEP), les ballons sont dans le top 10 des déchets récréatifs retrouvés sur le littoral. Ils peuvent parcourir des milliers de kilomètres et polluer les endroits les plus reculés et les plus intacts.

    Fete sans ballons logos

    Voir aussi