LIVE SÉMINAIRE SCIENTIFIQUE
« NORTHBOUND – LA MER DU NORD ET L'OCEAN ARCTIQUE : MENACES ET SOLUTIONS »
  • Home
  • Pages
  • Live séminaire scientifique « NORTHBOUND – LA MER DU NORD ET L’OCEAN ARCTIQUE : MENACES ET SOLUTIONS »

Live Youtube

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Dans le cadre de l’exposition « Northbound. Connected by the Sea » proposée par le Museum Kunst der Westküste (MKdW) au Musée océanographique, avec le soutien du Prof. Dr. mult. h.c. Frederik Paulsen, fondateur du MKdW, les deux institutions consacrent un  séminaire à la Mer du Nord et à l’Océan arctique, en présence de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco, le 11 mai 2022 de 14h30 à 18h00.

Biographies des intervenants

Cliquez surpour faire apparaitre les biographies

Prof. Dr. Peter Herzig,

Ancien directeur général du GEOMAR Helmholtz Centre for Ocean Research Kiel, Allemagne

Le professeur Peter Herzig est un géologue économique et un spécialiste des sciences de la mer de formation. Il a été directeur général exécutif du GEOMAR Helmholtz Centre for Ocean Research à Kiel, en Allemagne, depuis 2004 avant de prendre sa retraite en 2020. Il a également été coordinateur maritime de l’État fédéral du Schleswig-Holstein et a été nommé ambassadeur maritime de l’Union européenne. Le professeur Herzig est membre de nombreux conseils et comités scientifiques nationaux et internationaux. Il a été sénateur de la Fondation scientifique allemande et vice-président de l’association Helmholtz des centres de recherche allemands. Il est membre de l’Académie nationale allemande des sciences et de l’ingénierie et a reçu le prestigieux prix allemand de la recherche Leibniz en 2000. En 2010, le professeur Herzig a reçu l’ordre du Mérite de l’État fédéral du Schleswig-Holstein. En 2015, il a été décoré de l’ordre du mérite de première classe de la République fédérale d’Allemagne par le président allemand, et en 2021, il a été nommé chevalier de l’ordre de Saint-Charles par S.A.S. le prince Albert II de Monaco. Le professeur Herzig est aujourd’hui consultant pour diverses institutions et organisations ainsi que pour l’industrie maritime, et à ce titre conseiller principal de l’Institut océanographique, Fondation Albert Ier Prince de Monaco.

Prof. Dr. Tinka Murk,

Professeure à l’université de Wageningen, Pays-Bas

Tinka Murk est professeur titulaire en Ecologie Marine Animale (MAE) à l’université de Wageningen et toxicologue agréée à l’échelle européenne. En 2002, elle a reçu une bourse NWO-ASPASIA récompensant les femmes scientifiques remarquables et est devenue professeure associée. En 2008, Tinka a été nommée professeure particulière de toxicologie environnementale et, depuis 2015, elle est professeure titulaire et titulaire de la chaire MAE. En 2012, elle a développé une vision stratégique pour le programme d’investissement de Wageningen UR appelé TripleP@Sea et a ensuite dirigé ce programme d’innovation (2012-2015). Tinka a également dirigé l’équipe néerlandaise au sein du consortium américain C-IMAGE, qui étudie l’interaction inattendue des dispersants de marée noire en conditions réelles et ses conséquences sur les services écosystémiques (projet de 8 ans, suite à la catastrophe pétrolière de Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique). Elle préside les conseils consultatifs scientifiques de la fondation néerlandaise de la mer du Nord (depuis 2015) et de la fondation REEFolution (depuis 2016) qui vise à restaurer et à créer des récifs en collaboration avec les communautés locales afin d’améliorer et de maintenir la biodiversité, contribuant ainsi à la prise de conscience de l’importance du maintien des ressources naturelles et à la création d’opportunités pour améliorer les conditions de vie des communautés. Tinka a participé à deux reprises à une expédition de plongée visant à retirer les engins de pêche perdus sur les épaves de navires de la mer du Nord. Elle a également étudié la façon dont les animaux marins utilisent ces structures de récifs artificiels et a échantillonné l’e-DNA des poissons présents autour des épaves. Tinka a publié plus de 250 articles scientifiques et chapitres de livres, et a supervisé plus de 50 doctorants. En outre, elle partage activement la beauté et la pertinence de la science avec des non-spécialistes.

Prof. Dr. Mojib Latif,

Climatologue, Professeur à GEOMAR et Président de l’Association allemande du club de Rome, Allemagne

Mojib Latif est né à Hambourg (Allemagne) en 1954. Après avoir étudié la météorologie, il a obtenu son doctorat en 1987 et son habilitation en 1989, tous deux en océanographie, à l’université de Hambourg. De 1983 à 2002, il a travaillé à l’Institut Max Planck de météorologie à Hambourg. De 2003 à 2020, Mojib Latif est professeur titulaire (senior) à l’université de Kiel et travaille au GEOMAR Helmholtz Centre for Ocean Research de Kiel. Les principaux thèmes de ses recherches sont la variabilité naturelle du climat et le changement climatique anthropique. Mojib Latif est président de l’Académie des sciences de Hambourg et de l’Association allemande du club de Rome. Il a reçu plusieurs prix et distinctions : en 2000, la médaille d’or Sverdrup de la Société météorologique américaine ; en 2015, le prix allemand de l’environnement de la Fondation fédérale allemande pour l’environnement ; en 2016, l’ordre du Mérite de l’État fédéral du Schleswig-Holstein ; en 2019, la médaille Alfred Wegener de la Société météorologique allemande.

Prof. Dr. Antje Boetius,

Directrice de l’Alfred Wegener Institute, Helmholtz Centre for Polar and Marine Research, Allemagne

Antje Boetius est chercheuse en sciences polaires et en eaux profondes et directrice de l’Alfred Wegener Institute, Helmholtz Centre for Polar and Marine Research. Elle est Professeure de Géomicrobiologie et cheffe du Joint Research Group for Deep-Sea Ecology and Technology à l’Institut Max Planck de Microbiologie Marine, et elle participe au pôle d’excellence MARUM à l’université de Brême. Antje Boetius a participé à 50 expéditions sur des navires de recherche internationaux. Ses recherches récentes portent sur les effets du changement climatique sur l’océan Arctique et la biodiversité des grands fonds marins, y compris les fonctions de la vie microbienne. Elle est lauréate du prix Gottfried-Wilhelm-Leibniz de la Fondation allemande pour la recherche (DFG), du prix allemand de l’environnement 2018 et a reçu la croix fédérale du Mérite en 2019 entre autres distinctions. Elle est membre de l’Académie nationale des sciences Leopoldina et d’autres académies nationales et internationales. Pour son talent à communiquer l’importance de la recherche à la société, elle a reçu plusieurs prix, dont le prix du « meilleur communicant » de la Fondation allemande pour la recherche (DFG). Elle collabore avec les arts, le théâtre, le cinéma et la musique en mettant l’accent sur la relation entre l’homme et la nature.

Prof. Dr. h.c. mult. Frederik Paulsen,

Suède, Fondateur du Museum Kunst der Westküste

Le Dr Frederik Paulsen est un homme d’affaires, un universitaire, un philanthrope et un explorateur renommé. Le père et la belle-mère du Dr Paulsen ont fondé Ferring Pharmaceuticals en 1950. Durant son mandat de président, la société a connu une croissance impressionnante et s’est étendue à de nouveaux marchés, devenant ainsi présente dans près de 60 pays. Outre Ferring, ses autres intérêts commerciaux se situent dans les domaines des sciences de la vie, de l’immobilier, de l’édition et de l’industrie des boissons. Il consacre également du temps à ses passions : l’exploration polaire et la science du changement climatique. Étant l’une des rares personnes à s’être rendues sur les huit pôles de la Terre, le Dr Paulsen a un profond intérêt historique et scientifique pour l’exploration polaire et est un membre fondateur de l’Institut polaire suisse. Il prévoit également de maintenir son soutien à un large éventail d’activités philanthropiques dans les domaines de la culture, de la science et de l’éducation, de l’Europe et des États-Unis à l’île isolée de Géorgie du Sud et au royaume du Bhoutan. Il a reçu de nombreux prix et distinctions nationales et internationales, notamment le titre de Officer of the Most Excellent Order of the British Empire (OBE), le Bundesverdienstkreuz en Allemagne et le titre d’officier de la Légion d’honneur en France. Plus récemment, il a été nommé Officier de l’Ordre des Grimaldi par le Prince Albert II de Monaco. Frederik Paulsen est né en 1950 en Suède. Il est toujours de nationalité suédoise, mais vit désormais à Lausanne, en Suisse. Il a étudié la chimie à l’université Christian Albrechts de Kiel, en Allemagne, et l’administration des affaires à l’université de Lund, en Suède, et est titulaire d’un doctorat de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, en France.

Mr. Arved Fuchs,

Explorateur, Journaliste, Écrivain, Réalisateur, Allemagne

Arved Fuchs, né en 1953, a succombé très tôt à la fascination de la recherche polaire. Après sa scolarité, il a effectué un apprentissage dans la marine marchande. Son objectif est d’obtenir le savoir-faire nécessaire à ses futures entreprises. Il a ensuite suivi des études dans le domaine de l’ingénierie maritime au FH College de Flensburg et s’est finalement mis à son compte. Depuis 1977, ses expéditions l’ont conduit à plusieurs reprises dans les zones extrêmes de l’Arctique et de l’Antarctique. En 1981, il a traversé l’Atlantique à la voile, en 1983, il a traversé le Groenland en traîneau à chiens et en 1984, il a entrepris le premier contournement hivernal du cap Horn en kayak. En 1989, il est la première personne à atteindre le pôle Nord et le pôle Sud à ski. Ses intérêts se sont ensuite tournés vers le domaine de l’eau : Il a acheté et reconstruit le vieux cotre Dagmar Aaen. Depuis lors, il navigue la plupart du temps avec ce navire et a parcouru plus de 300 000 milles marins, dont la traversée des passages du Nord-Ouest et du Nord-Est ainsi que des expéditions en Antarctique. Depuis de nombreuses années, au cours de ses expéditions, Arved Fuchs observe et documente les changements climatiques en constante progression. Son expédition « Ocean Change » se concentre principalement sur les effets du changement climatique sur les océans ainsi que sur les conséquences de la surpêche et des déchets en mer. Depuis l’été 2015, il est en route avec le Dagmar Aaen sur plusieurs étapes de cette expédition. Le 27 septembre 2019, il est rentré – pour l’instant – à Hambourg de la dernière étape après avoir parcouru 10 000 milles marins. Lui et son équipage ont documenté les changements de la situation de la glace sur les côtes ouest et est du Groenland, collecté et enregistré des déchets et ont visité divers Best Practice Projects sur la production d’énergie renouvelable. Arved Fuchs a écrit 20 livres. Il a obtenu la croix fédérale du Mérite allemande en 2017 pour son implication dans la protection de l’environnement et du climat. En 2017, il a reçu le prix de l’environnement de la Fondation Nature-Life pour l’ensemble de son œuvre et, en 2019, il a été récompensé par le Seadevcon-Maritime-Award. L’université de Kiel l’a honoré d’une chaire d’excellence associée pour son implication dans la préservation du fragile système écologique polaire. Afin d’obtenir une plus grande sensibilisation au changement climatique, Arved Fuchs organise des « camps climatiques » internationaux pour les jeunes leur permettant de faire l’expérience directe et concrète des effets du réchauffement climatique.

Prof. Dr. Ulrike Wolff-Thomsen,

Directrice du Museum Kunst der Westküste, Allemagne

Ulrike Wolff-Thomsen est historienne de l’art et directrice du Museum Kunst der Westküste, Alkersum/Föhr. Après des études d’histoire de l’art, elle a obtenu son doctorat en 1992 et son habilitation en 2003, tous deux en histoire de l’art et à l’université de Kiel. De 1992 à 1994, elle a été stagiaire postdoctorale en gestion d’expositions au Museumsberg de Flensburg. Depuis 1995, elle a travaillé comme commissaire d’exposition pour de nombreux projets en Allemagne et à l’étranger et a publié des centaines d’articles scientifiques, de livres et de catalogues d’art. De 1997 à 2007, elle a été professeur junior et depuis 2007, elle est professeur senior à l’Institut d’histoire de l’art de l’Université de Kiel. Depuis 2013, elle est directrice générale et membre du conseil d’administration du Museum Kunst der Westküste.

Mme Leila Ghandi,

Grand reporter, réalisatrice de films documentaires et maître de cérémonie du séminaire Northbound.

Animatrice de télévision monégasque, grand reporter, réalisatrice, productrice, aventurière, conférencière, suivie par des millions de téléspectateurs à la télévision (2M, France 2) et une audience de près d’un million de personnes sur internet, Leila Ghandi est engagée pour la protection de l’environnement. Elle produit des vidéos pour la télé et sa plateforme digitale pour lesquelles elle interviewe des chefs d’Etat. Son travail en tant que réalisatrice de films documentaires a été primé à l’international et notamment par le Anna Lindh Euro-Mediterranean Journalist Award. Elle est l’auteur du livre « Chroniques de Chine » récompensé par le prix littéraire de l’Agence Américaine pour le Développement International. Ses photographies sont exposées à travers le monde. Conférencière, Leila est sollicitée en tant que speaker et modératrice à des conférences de haut niveau notamment auprès d’agences des Nations-Unies et du Parlement Européen. Leila a vécu sur tous les continents et parle 5 langues. Elle est diplômée de Sciences Po Paris et de l’Executive Program « Women and Power » de Harvard. Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, décorée au Sénat pour le Trophée de la Réussite au Féminin, nommée Femme d’Excellence par Marseille Capitale Européenne de la Culture, nommée Opinion Leader par un organisme de l’ONU, lauréate du Who is Who International Women Leaders Award, choisie par L’Oréal Paris en tant que « Femme d’Exception » pour sa campagne internationale, nommée aux Monaco Influencer Awards dans la catégorie Philanthropie pour son engagement en tant que change maker, Leila est reconnue à l’échelle internationale et a reçu de nombreuses distinctions. www.leilaghandi.com

Programme du séminaire

14h15 – Tous les participants sont en salle de conférence

14h30 – Début du séminaire

Nature Uses Opportunity (Film de 3 minutes par Dutch Maritime Productions)

Mots de bienvenue de Mme Leila Ghandi, Maîtresse de Cérémonie

Discours d’ouverture, par S.A.S. le Prince Albert II de Monaco

Remarques introductives, par le Prof. Dr. Peter Herzig, Ancien directeur général du GEOMAR Helmholtz Centre for Ocean Research Kiel, Allemagne

La biodiversité et les activités humaines en mer du Nord (Film)

« La biodiversité de la mer du Nord et de l’Arctique », par le Prof. Dr. Tinka Murk, Professeure à l’université de Wageningen, Pays-Bas

Message vidéo de M. Boris Herrmann, Skipper de la Team Malizia, Allemagne

« Comment la mer du Nord et l’océan Arctique réagissent-ils au changement climatique régional et quelles sont les conséquences pour les communautés côtières ? », par le Prof. Dr. Mojib Latif, Climatologue, Professeur à GEOMAR et Président de l’Association allemande du club de Rome

« La science – et l’exploration – peuvent-elles aider à trouver des solutions au problème du changement climatique et de la biodiversité ? ». Dialogue. Avec le Prof. Dr. Antje Boetius, Directrice de l’Alfred Wegener Institute, Helmholtz Centre for Polar and Marine Research, Allemagne, M. Arved Fuchs, Explorateur, Journaliste, Écrivain, Réalisateur, Allemagne, le Prof. Dr. h.c. mult. Frederik Paulsen, Suède, Fondateur du Museum Kunst der Westküste.

« Du point de vue du Museum Kunst der Westküste, l’art peut-il faire partie de la solution pour un océan mieux connu, aimé et protégé ? » par le Prof. Dr. Ulrike Wolff-Thomsen, Director of the Museum Kunst der Westküste, Germany

Mots de clôture, par le Prof. Dr. Peter Herzig, Ancien directeur général du GEOMAR Helmholtz Centre for Ocean Research Kiel, Allemagne

18h00 – Fin du séminaire

Verre de l’amitié dans le Salon d’Honneur

Introduction par le Prof. Dr. Peter Herzig, former Executive Director, GEOMAR Helmholtz Centre for Ocean Research Kiel, Germany

La mer du Nord est une région unique de l’océan Atlantique. Elle relie le Royaume-Uni, la Norvège, le Danemark, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et la France et constitue donc une véritable mer marginale d’Europe du Nord. C’est l’une des zones les plus actives du monde pour l’industrie maritime, mais aussi une zone importante pour les loisirs et le tourisme. L’extraordinaire richesse de l’écosystème de la mer du Nord et de l’Arctique voisin appelle des solutions pour combiner l’utilisation économique et la protection durable de la biodiversité marine.
Les sept pays qui bordent la mer du Nord partagent un patrimoine culturel riche et varié, allant de l’époque pré-Viking à nos jours, et le site du patrimoine mondial de l’UNESCO de la mer des Wadden est le plus grand écosystème intertidal de ce type au monde.

D’autre part, la mer du Nord est soumise à une pression extérieure extrême. L’élévation du niveau de la mer, la surpêche, la perte de biodiversité, l’acidification, la diminution de l’oxygène, la pollution par les plastiques et les nutriments ainsi que le réchauffement climatique sont autant de problèmes qui menacent non seulement les océans du monde entier mais aussi la mer du Nord en particulier. Nos mers et nos océans sont trop chauds, trop hauts et trop acides. Ils sont surexploités, manquent d’oxygène et, à l’avenir, il pourrait y avoir plus de plastique que de poissons.

Cependant, la mer du Nord est aussi une mer de solutions pour trouver un équilibre solide entre l’économie maritime et la protection de l’écosystème marin. Les parcs éoliens à l’abri des activités de pêche ont tendance à devenir des sites bien protégés abritant de riches écosystèmes marins. Les Aires marines protégées deviennent des parcs naturels marins dont la biodiversité reste largement intacte. Les restrictions de pêche entraînent une reconstitution des stocks de poissons et de la biodiversité associée. De nouveaux concepts d’aquaculture avec des cages flottantes loin des côtes améliorent l’empreinte écologique des activités aquacoles.

La mer du Nord est une mer d’énergie. Le pétrole et le gaz ont été les principales sources d’énergie jusqu’à présent. Cependant, les parcs éoliens off-shore à grande échelle, le potentiel de l’énergie des vagues et des marées et les nouveaux concepts de stockage du CO2 sous le plancher océanique sont actuellement explorés. L’industrie pétrolière et gazière off-shore commence à se transformer en une véritable industrie bleue, laissant derrière elle le pétrole et le gaz.

Le changement climatique et la connexion de la mer du Nord à l’Arctique ont entraîné d’importants déplacements de la biodiversité. Certains stocks de poissons se déplacent vers le nord, vers des environnements plus froids, et sont en partie remplacés par des espèces plus méridionales. La recherche marine se concentre actuellement sur les changements de biodiversité qui peuvent avoir un impact significatif sur la vie marine et l’approvisionnement alimentaire mondial.

Une planification spatiale marine se développe dans la mer du Nord afin de répondre de manière durable aux besoins des différentes parties prenantes. Ici, les pays frontaliers de la mer du Nord ont des ambitions similaires et suivent la même voie.

Enfin, la mer du Nord est connue comme une mer agitée, imprévisible et dangereuse, notamment par les pêcheurs. Des centaines de chasseurs de baleines ont perdu la vie dans les temps anciens en mer du Nord et dans l’Arctique. Aujourd’hui encore, la mer du Nord reste une mer de défis à de nombreux égards.

L’élévation du niveau de la mer est une menace majeure pour les zones côtières de la mer du Nord. Un projet novateur de construction de deux barrages dans la Manche entre la France et l’Angleterre ainsi qu’entre l’Écosse et la Norvège est actuellement à l’étude afin de protéger les 25 millions de personnes vivant au sein des communautés côtières du nord de l’Europe qui sont touchées par la montée du niveau de la mer.

À première vue, la mer Méditerranée et la mer du Nord ne semblent pas avoir grand-chose en commun. Cependant, les exemples de bonnes pratiques développés indépendamment dans les deux zones peuvent potentiellement contribuer à une coexistence durable de l’utilisation et de la protection de nos mers et océans – notre patrimoine commun.

Découvrez la Mer du Nord

Précédent
Suivant